Présentation de Robert Combas

Robert Combas est né à Lyon en 1957. Il a passé son enfance et son adolescence à Sète. Apparu dans un contexte de domination de l’art conceptuel et de retour à la figuration à la fin des années 70, le travail de Robert Combas, découvert par le public à l’occasion de l’exposition du Musée de Saint-Étienne, « Après le classicisme », crée en France une grande surprise. Influencé par le Rock and Roll, la bande dessinée, les arts graphiques et les enseignes nord-africaines que l’artiste voit à Sète, Robert Combas a inventé une iconographie complexe qui mêle, sans hiérarchie, la culture savante et la culture populaire. Il utilise des matériaux de récupération et du carton comme supports de peintures expressionnistes qu’il élabore en s’inspirant notamment de ses dessins d’adolescence.

Il s’installe à Paris en 1981, et son travail est alors présenté par le critique d’art Bernard Lamarche-Vade à l’occasion de l’exposition « Finir en beauté », associé aux œuvres d’Hervé di Rosa, Rémy Blanchard et François Boisrond. Ces quatre artistes constituèrent ce qui fut appelé par Ben La Figuration Libre, promise à un grand succès médiatique. Institutionnalisé par la critique, ce concept est utilisé pour définir une peinture figurative spontanée, très colorée, à l’exécution décontractée. En fait cette appellation ne recouvre pas la diversité et la complexité de l’œuvre de Robert Combas, qu’il développera à partir de cette première reconnaissance médiatique du début des années 80.

L’œuvre de Robert Combas s’exprime au travers d’une multiplicité de thèmes qui traversent la société : l’amour, le sexe, la mort, la mythologie, la vie des Saints… sujet abordé en profondeur à l’occasion de sa double exposition en 1991 : La Bible à la galerie Beaubourg et Les Saints à la Galerie Yvon Lambert. Robert Combas fut et reste incontestablement la personnalité marquante de ce groupe de la Figuration libre. Ses tableaux ont toujours juxtaposé une grande insolence à des compositions très virtuoses. L’extraordinaire imbrication des figures les unes dans les autres, la façon dont chaque interstice est l’occasion pour l’artiste d’inventer une nouvelle solution plastique, manifestent la grande maîtrise du peintre. Le paradoxe de ce travail est d’associer le désir de se mesurer à l’histoire de l’art vécue comme une légende, et d’y introduire le vocabulaire de la culture populaire comme les références aux grands peintres ou aux feuilletons de la télévision sans établir de hiérarchie entre ces domaines mais en les servant avec une égale virtuosité. Les œuvres sont souvent accompagnées de titres rédigés, dont l’inventivité possède une indéniable force poétique et humoristique.

Le travail de Robert Combas a été montré par plusieurs musées français et européens (Amsterdam, Groningen, CAPC de Bordeaux, Musée d’art moderne de la ville de Paris, Musée d’art contemporain de Nîmes, Seoul Museum of art en Corée, Manufacture des Gobelins, Musée d’art contemporain de Lyon (rétrospective en 2012), le carré Saint-Anne à Montpellier en 2014 avec l’exposition La mélancolie à ressorts qui propose un dialogue des œuvres de l’artiste avec l’église néogothique et ses vitraux, La Collection Lambert en Avignon en 2016 et le Grimaldi Forum à Monaco la même année…). De nombreuses éditions et monographies ont été éditées sur son travail.

Lire la suite >>

Hommage à Ladislas Kijno

Hommage à Ladislas Kijno : « Du galet aux étoiles » Exposition rétrospective du 23 mars au 4 août 2024 – Concert exceptionnel des Sans Pattes le 22/03/2024 et exposition Chemin de Croix Kijno/Combas

Détails