GENEVIÈVE DE TOUTES LES COULEURS

3Réservez vos dates !
Exposition du 25 avril au 25 juillet 2014 au Grand Théâtre d’Angers

[…] la muse, c’est un peu toutes les femmes, c’est l’inspiratrice de l’artiste […], Robert Combas, 1995

 Cette exposition rassemble un ensemble d’œuvres importantes autour de la figure « Geneviève »,  la compagne de Robert Combas. Et c’est une Première car c’est la proposition de la Ville d’Angers qui a inspiré à l’artiste le sujet. En effet, Angers fût la ville qui abrita les premiers moments de leur amour.Robert et Geneviève se rencontrent à Paris dans la nuit du 27 au 28 juin 1987. Quelques mois plus tard, Geneviève est en résidence à Angers au CNDC pour une création chorégraphique LE GLOBE de la compagnie Josette Baïz

Capture d’écran 2014-04-18 à 15.36.44

 

LE GLOBE – 1987- repris en 2007 – 235×235 cm

La majorité des œuvres appartiennent à l’artiste, à Geneviève et à Laurent Strouk le marchand d’art de Robert Combas.
 Cette exposition révèle la force de la relation de l’artiste avec Geneviève la muse qui prend dans la peinture tous les visages,  du plus sublime au plus énigmatique.
 On y découvre des portraits inédits de Geneviève, des scènes d’amour, des scènes du quotidien, des scènes de genre, des scènes fantasmées dans lesquelles Geneviève incarne tour à tour le rôle de la femme sublime : la muse, l’amoureuse, la guerrière, la danseuse, l’animal, le rêve, le cauchemar… 

 L’œuvre montre donc une multiplication par neuf – neuf comme les muses… Allongée, de dos, callipyge à souhait ; debout, de dos : regardant la mer ; de face, écartant son sexe avec ses mains ; tronquée du bassin, seins sublimes ; tronquée du buste, jambes de rêve ; de profil, penchée ; de profil, allongée sur le sable ; debout, mains par-dessus sa tête ; dans l’eau, à demie immergée ; dans l’eau, nue, l’eau à mi-cuisse ; de face, jambes écartées, pour montrer son sexe ; sur le sable, jambes écartées, de face, sexe exhibé ; et dans d’autres positions… Ce qui, si l’on a bien compté, ne fait pas neuf, mais une bonne douzaine… Douze pour le prix de neuf. 
Michel Onfray

On découvrira également sous des vitrines, des œuvres plus intimes qui retracent des moments de la vie de Genevieve avec l’artiste : de simples croquis, des fragments de lettres, des carnets de dessins, des objets peints, des galets dessinés…

Comme le dit si justement Michel Onfray dans son texte d’introduction du catalogue :

 (…). La vie est la vie, elle est la même pour tout le monde – pourvu qu’on soit vivant… Dès lors, la leur a ressemblé à beaucoup d’autres vies de couple. La peinture témoigne en silence de ces aventures privées : la découverte des corps, la jeunesse de la chair, le rêve de la sexualité, sa réalité la plus immanente, la question de la maternité, les moments doux et tendres du quotidien, comme le sommeil, une jambe enroulée dans un drap et le pyjama protégeant le corps de l’enfant ou les moments les plus torrides, Robert la main dans le slip de Geneviève, la mélancolie ou la volupté, la majesté dans des architectures de peinture avec arcades ou la simplicité d’une sieste dans la nature. (…)

 Robert Combas est un peintre qui explore les passions humaines, sa peinture est un théâtre des émotions.

Cette exposition étonnera car elle bouleverse les codes conventionnels de l’exposition classique. Cette exposition invite à voir, à écouter, à lire,  à penser, à méditer, à s’arrêter…

L’exposition joue avec les notions de représentation, on navigue entre peinture, dessins sculpture, musique, poésie, témoignages de vie.

Robert Combas est aussi un poète, chaque tableau, il l’accompagne d’un texte, d’un poème.
Robert Combas est aussi musicien et il forme avec son ami Lucas Mancione le groupe  « les Sans pattes » qui se  produira  le jour du vernissage pour une performance visuelle et musicale étonnante et certainement détonnante.
Dans l’exposition seront montrées également des vidéos musicales réalisées par Robert Combas et Lucas Mancione dans lesquelles Genevieve joue et  danse.
 Au casque, le visiteur, le spectateur, pourra écouter les chansons d’amour composées par Robert Combas et Lucas Mancione tout en contemplant les œuvres.L’artiste sait provoquer, apaiser, embarquer, interroger.
 L’exposition se déroule dans un théâtre car la vie est un grand théâtre !

La Ville d’Angers a déroulé le tapis rouge du Grand Théâtre d’Angers pour  un voyage dans l’univers  protéiforme de Robert Combas

Informations pratiques

 Grand Théâtre d’Angers - 3, rue Louis de Romain 49100 Angers
+33 (0)2 41 24 16 30

http://presse.angers.fr/

 ouverture du mardi au samedi - de 12h à 18h30
 Tarif : 4 €, T.R. : 3 €

 

Relations avec la presse nationale

 Heymann, Renoult Associées
 Sarah Heymann et Pauline Volpe
 p.volpe@heymann-renoult.com
+33 (0)1 44 61 76 76
www.heymann-renoult.com

Relations avec la presse locale

corine.busson-benhammou@ville.angers.fr
+33 (0)2 41 05 40 33/06 12 52 64 98

 

« Maurice ! J’arrive ! », exposition à l’Institut Français Maurice (Île Maurice)

impro

Exposition du 15 mars au 12 avril 2014

Vernissage en présence de l’artiste et du philosophe Michel Onfray suivi d’un concert des Sans Pattes Robert Combas & Lucas Mancione

Un après-midi chez Robert Combas, interview de Thierry Lindauer (déc. 2013)

« Un chamane nommé Combas », Michel Onfray, Flammarion

Sortie du livre « Un chamane nommé Combas « Michel Onfray, Flammarion, février 2014

MO_chamane_Combas

vidéo dun concert des Sans Pattes Robert Combas & Lucas Mancione organisé par la galerie Laurent Strouk

_DSC1948

Vidéo du vernissage de l’exposition de Robert Combas « Pour la couleur c’est au 1er étage »

AQUESTECOP – éditions d’oeuvres Robert Combas

lampe spermatozoïde

SANS ILLUSION

SANS ILLUSION texte de Michel Onfray Musique de Robert Combas & Lucas Mancione
MO & RC

Lancement du journal VIVANTS – octobre 2013

VIVANTS

TU ME REGARDES – Robert Combas & Lucas Mancione – LES SANS PATTES